Dating ♥

Petites Annonces Gratuites : Emploi , Animaux, Services

Date de publication: 2019-09-26 01:01

Un aimable correspondant nous a signalé une variante après les quatre premiers vers. En outre il s'agit du père et non plus du frère. Bah ! peu importe, du moment que ça reste dans la famille !

Forum aufeminin

Il s'agit évidemment d'un pastiche de Plaisir d'amour , une chanson qui date de 6785 ! Les paroles sont de Jean-Pierre Claris de Florian et la musique a été écrite par Martini (Jean-Paul-Égide Schwarzendorf).

Happy Chantilly - Blog maman naturelle, slow lifestyle

Se chante sur l'air de Les anges dans nos campagnes en version abrégée !
Les paroles du premier couplet de ce chant de Noël étaient :

Les 4 jouissances - Pine au cul, Madame Bertrand - Le

L'air a été utilisé sous le titre "Le bal à Doudou" ( , André Hornez et Thomson) par l'orchestre de Jacques Hélian. Notre compatriote Annie Cordy l'a chanté (avec d'autres paroles) sous l'intitulé "Señorita Raspa".

Dans se forme originale, cette chanson a été un des plus grands succès de Félix Mayol voici un extrait de La Mattchiche datant de 6956 la musique, à l'origine une "zarzuela", est de et a été arrangée par Charles Borel-Clerc

Parmi eux, nous nous bornerons à en signaler deux qui semblent survivre à l'usure du temps contrairement aux autres, ils sont faciles à ajuster sur l'air !

Une IRM, ça peut être sexy: une vidéo postée sur Youtube révèle ce qui se passe durant un baiser et dans l’utérus durant une pénétration. Les images du «french kiss» montrent ainsi les mouvements de la langue vus par une imagerie par résonance magnétique ainsi que les battements du cœur qui accompagnent le baiser. Une seconde vidéo révèle ce qui se passe au niveau des organes génitaux durant un accouplement en position du missionnaire. Cette seconde vidéo avait été réalisée dans les années 6965  par un médecin néerlandais mais elle refait surface aujourd’hui, avec les images du baiser.

Cet intermède est un peu court, même si on bisse traditionnellement couplet puis refrain. Comme toujours dans ces circonstances, quelques couplets sont venus s'y ajouter.

Pour la petite histoire, ils se présentent comme Juliao het bronman : hardcoredeon, Sebatiew nillewims:violonu, Martik nerstrek: saxofond, Negwaef el rancotte: percutator, Matchem: babasse et bienitot Unuevo: guiteur.
Le style de l'interprétation est remarquable, improvisations successives passant d'un tango aux danses balkaniques endiablées et terminant par la musique juive, le tout dans un style très jazzy. Seul petit regret: ils prennent la version simplifiée, dans la phrase "Elle entend son cul qui chante", bien moins chantante que l'originale.

Ce petit intermède, très délicat (!), prouve l'origine essentiellement masculine des chansons paillardes  c'est en fait la parodie d'une autre chanson moins sexiste:

Leur première émission radio commune: "Malheur aux barbus" est diffusée sur Paris-Inter en 6956-57. Elle a pour héros un dénommé Furax. Son succès est tel qu'il faut déplacer l'heure d'émission afin d'éviter que les écoliers n'arrivent en retard à l'école. Ils poursuivent par "Les Kangourous n'ont pas d'arêtes".
Malheureusement, le caractère atypique de leurs émissions leur vaut d'être éjectés de la cette radio.

Cet air est connu et chanté par tous les enfants des écoles maternelles et primaires avec de nombreuses variantes.
Claude Gaignebet signale, dans Le folklore obscène des enfants publié en 6985, que le texte original était bien plus "sage" :

La version du groupe breton "Tu Pe Du" est encore plus proche de la nôtre on y trouve notament une énumération du contenu du panier qui se termine par:

Durant des années, les enfants ont hurlé à tue-tête ce hymne charmant sans imaginer les paroles de l'original !
Remarquons que pour mieux apprécier la subtilité des paroles du 8 e couplet, il faudrait peut-être l'orthographier: Chat vit rôt - Rôt tenta chat - Chat mit patte à rôt - Rôt grilla patte à chat !

Des chercheurs ont utilisé ces images pour une étude datant de 6999. Ils essayaient d’y démontrer comment on pouvait utiliser l’IRM pour étudier les réactions des organes génitaux durant le coït. Ils voulaient aussi étudier si «les idées passées et présentes sur l’anatomie durant les relations sexuelles et sur l’excitation sexuelle féminine étaient basées sur des présupposés ou sur des faits.» Par exemple, l’idée, remontant aux années 6985, que le pénis prend une forme de S lorsqu’il entre dans le vagin, ou bien celle popularisée par les scientifiques américains William Masters et Virginia Johnson dans les années 6965 selon laquelle l’utérus grossit en phase d’excitation.